Alain Bélanger: « Corrections de base dans Lightroom pour portrait » – 18 mai 2020

Je pratique la photographie depuis plus de 30 ans, mais ma passion a grandi avec l’apparition des caméras numériques. Autodidacte, j’ai acquis les techniques de base en lisant de nombreux ouvrages et en assistant à quelques formations. Toutefois, c’est avec la pratique que j’ai parfait mes connaissances et habiletés. Familier avec le traitement de post-production d’images, j’aime donner un second souffle à ma créativité.

Bien que tous les types de photographie me plaisent, j’ai une préférence pour la photographie en studio et la photo de rue. Le portrait m’attire pour le contact humain et l’émotion qu’il procure. Il permet de mettre en valeur les détails et la personnalité des modèles et requiert une constante recherche d’originalité. L’aspect technique relatif à la lumière et aux ajustements devient pour moi un défi, afin d’obtenir le résultat escompté.

Membre du Club Photo Évasion de St-Bruno depuis 2010, j’ai la chance de côtoyer des photographes affectionnant divers intérêts et d’apprendre de leurs expériences. J’ai aussi la possibilité de participer à des expositions et différents concours amateurs stimulants.

https://500px.com/alabphoto

Bernard Leprohon signe une chronique sur le Noir et Blanc vue à travers le travail de Benoit Larochelle dans Avenues.ca

Quelle plaisir de lire un article, dans un site web populaire, mettant en vedette le talent, le sens artistique et la maîtrise de la photo noir et blanc de notre collègue Benoit Larochelle. Qui a eu cette bonne idée ? Bernard Leprohon, un autre membre du club photo Évasion qui donne bénévolement de son temps à la SPPQ pour divers projets et qui a accepté de devenir, pour un instant, le journaliste d’une rubrique photo.

L’article de Bernard sur le Noir et Blanc fait référence à Benoît Larochelle autant sous l’angle du propos que de ses photos. C’est avec fierté qu’on constate que le Club Photo Évasion et le magnifique travail de Benoit Larochelle sont bien présents dans la signature de cet article.

Merci Bernard de pour cet excellent article à lire absolument dans Avenues.ca, Rubrique photo du 30 avril 2020.

Aurore C. : « La photographie culinaire » – 11 mai 2020

BIO

Photographe professionnelle à Montréal depuis 20 ans, je me suis rapidement démarquée en tant que technicienne de laboratoire (chambre noire). Passionnée par cet aspect de la photographie, j’ai perfectionné des techniques et proposé un style bien à moi.

Avec l’apparition du numérique, je me suis découvert un intérêt pour la photographie en studio : la photo de portrait, la photo publicitaire, la photo culinaire … le rendu des formes et des matières, l’approche et la mise en situation des sujets photographiés, la lumière…. restent pour moi de grands défis.

À travers mon site et mes galeries photo (aurore-photographe.ca), vous découvrirez une vision différente de la photographie, un style unique, qui, avant tout, respectera la personnalité, l’esthétisme et le design des sujets photographiés.

Vous découvrirez mon regard original et inhabituel accompagné d’une technique personnalisée pour mettre en valeur l’objet ou la personne photographiée.

Travaillant conjointement avec le Studio Point DeVue, studio professionnel à Montréal depuis plus de 20 ans, je me suis spécialisée dans la photographie culinaire, et tout autre objet commercial : bijoux, publicité, e-commerce …

CONFÉRENCE

Je vous invite à découvrir mon histoire et ce qui m’a conduit à la photographie culinaire, en passant par mes références photographiques dans ce domaine.

Ensuite, je m’attarde un peu plus sur le côté technique : lumière, studio ou nature, traitement d’image … Tout en vous expliquant comment mettre en valeur les aliments en fonction de leur texture, couleur, forme … et surtout, en respectant les besoins et le concept des clients.

Comment donner envie d’acheter ou de manger le plat ou l’aliment que vous devez photographier ?

Je termine la conférence, avec une projection plus personnelle et voire même artistique de la photographie culinaire. Vous verrez qu’il existe mille et une façons de photographier un même plat et qu’il devient alors important de se définir un style propre à soi.

Vos questions clôtureront la séance.

https://aurore-photographe.ca

Benoit Larochelle: « Faire du beau noir et blanc dans Lightroom » – 4 mai 2020

Benoit a commencé à faire de la photographie vers 1975. Évidemment, à cette époque, les photographes sniffaient du révélateur et du bain d’arrêt et priaient pour ne pas avoir des bulles d’air sur leurs négatifs. Bon, si vous ne comprenez rien à cette allusion, vous êtes de la génération Instagram, mais pour les plus vieux, ça leur rappelle de bons souvenirs…. ou de moins bons.

Donc, pour revenir à Benoit, il a démarré en 1978 le premier club photo de Terrebonne qui faisait partie de la Fédé, la Fédération Québécoise du Loisir Photographique, sans doute remplacée plus tard par l’actuelle SPPQ. 

Quelques années plus tard, une écœurantite aiguë de chambre noire lui fait laisser la photo pour l’informatique ou il fera carrière.

En 1995, avec les avancées technologiques et les progrès des logiciels comme Photoshop et éventuellement Lightroom, il voit là une opportunité de revenir à la photo et se procure son premier appareil numérique.

Depuis ce jour, sa passion n’a fait que grandir et il ne cesse d’explorer de nouvelles techniques afin de lui permettre de mettre en photo sa vision du monde.

Francis Gagnon : « Comprendre la lumière naturelle, de la prise de vue au développement » – 20 avril 2020

Conférence:

Contrairement à d’autres types de photographique, la photo de nature n’a pas le contrôle de la lumière. Elle doit en effet composer avec les conditions qui sont disponibles lors de la prise de vue. Cela ne veut toutefois pas signifier que sa démarche est liée au hasard. Bien au contraire, en comprenant bien comment la lumière naturelle influence une scène, on  peut composer efficacement sa photographie tout en insufflant une atmosphère particulière. Ce savoir est non seulement utile sur le terrain, mais aussi devant l’ordinateur puisque la lumière deviendra un guide pour développer sa photographie logiquement.

Cette conférence sera divisée en trois parties. D’une part, quelques concepts théoriques seront expliqués pour comprendre comment la lumière influence une scène. Ces connaissances seront, d’autre part, mises en application dans le développement de deux photographies. Finalement, une période de questions sera lancée.

Biographie:

Francis Gagnon a grandi à Baie-Saint-Paul, une petite ville située en bordure du Fleuve Saint-Laurent, au milieu des montagnes du Bouclier canadien. Son enfance a été marquée par les longues randonnées en nature. Puis, comme la plupart des personnes désirant faire des études universitaires, il a dû quitter son coin de pays pour la ville. C’est durant cette période qu’il a découvert la photographie. De fil en aiguille, ce qui avait commencé comme un simple passe-temps est passé à une passion, puis à un travail et une carrière.

F R A N C I S  G A G N O N / francis-gagnon.com /

Une photo de Benoit Larochelle est sélectionnée pour le concours des Quatre Nations 2020 de l’ACAP

Photo: Benoit Larochelle Shanghai Grand theatre

En effet, suite à une évaluation rigoureuse faite par l’un des juges internationaux de l’ACAP, une photo de Benoit Larochelle a été sélectionnée.

Pour le concours des Quatre Nations 2020 de l’ACAP, 15 photos du thème Monochrome 2020 ont été choisies parmi celles qui ont obtenu le meilleur pointage lors de ce concours. Donc ce fut une joie d’apprendre que sa photo Shanghai Grand theatre à été choisi pour faire partie de ce concours. Cette compétition internationale nommée les ‘Quatre Nations 2020’ regroupe les associations suivantes: Australian Photographic Society, Association canadienne d’art photographique – ACAP, Photographic Society of New Zealand et Photographic Society of South Africa.

C’est avec confiance et impatience que nous attendrons les résultats du concours qui seront annoncés fin août ou début septembre.

Félicitations Benoit pour ce grand honneur !

Benoit Larochelle et Dandan Liu s’illustrent au concours ACAP-Monochrome

Dans le cadre du concours annuel 2020 pour le thème ‘Monochrome’ de l’Association canadienne d’art photographique – ACAP, deux de nos membres ont obtenu d’excellentes performances!

Félicitations à Benoit Larochelle pour une médaille d’argent (ex aequo avec la médaille d’or) et 1 photo avec le plus haut pointage et à Dandan Liu pour une mention d’honneur ( 5e place avec le 3e pointage plus élevé).

En regardant les photos primées, nous pouvons apprécier toute la maîtrise pour le traitement du noir et blanc de nos deux photographes experts .

Bravo à vous deux, nous sommes tous très fiers de vous !

Photo: Benoit Larochelle ayant obtenu le plus haut pointage.

Photo: Benoit Larochelle

Photo: Benoit Larochelle

Photo: Benoit Larochelle

Photo: Dandan Liu

Photo Dandan Liu

Photo: Dandan Liu

Photo: Dandan Liu

Le club photo Évasion se démarque !

C’est avec fierté que nous avons appris que le club photo Évasion s’est mérité la 2e place au classement, parmi les 35 clubs photos participants, à la 16 édition ‘Les clubs s’exposent au Musée national de la photographie Desjardins’.

Cette exposition est organisée anuellement par la SPPQ et est jumelée à un concours. Elle vise à offrir une vitrine prestigieuse aux membres et aux clubs photos inscrits. Sans thème imposé, cette exposition regroupe près de 175 photos soumises par 35 clubs photos répartis à travers le Québec.

Voici les 5 photos de nos membres qui ont contribues à ce succès. Félicitations à tous, dans l’ordre, Alain Bleau, Benoit Larochelle, Nancy Ouellet, Paul Lachapelle et Réal Jauvin.

Photo: Alain Bleau

Photo: Benoit Larochelle

Photo: Nancy Ouellet

Photo: Paul Lachapelle

Photo: Réal Jauvin

Pierre Deslières photographe, journaliste et collaborateur pour la SPPQ

Saviez-vous que notre collègue Pierre est un précieux collaborateur pour la SPPQ et un journaliste à ses heures. En effet, la SPPQ a conclu dernièrement un accord de collaboration pour publier un article mensuel sur Avenues.ca , média Web aux contenus de qualité axés sur la nouveauté, les tendances et la qualité de vie. Avenue.ca est une initiative du réseau FADOQ.

Pierre a écrit, avec rigueur et perspicacité, un article qui vulgarise les principes et conseils de bases pour réaliser une bonne photo. Son travail de journaliste pour ce média web contribuera ainsi à élargir le public s’intéressant à la photo au Québec et peut-être lui permettre de découvrir une passion. Pour apprécier tout le talent de Pierre comme journaliste, je vous invite à lire la rubrique photo du sur la page d’accueil d’Avenues.ca . En bonus, Pierre présente dans sa chronique, la superbe photo de France Leduc titrée ‘Envol’, photo qui s’est mérité la 2e place dans la section Nature du Défi interclubs de la SPPQ 2019.

Bravo Pierre pour ton excellent article, nous suivrons désormais cette chronique avec attention !

Denis Germain: « Le méchant juge: choisir la bonne photo » – 9 mars 2020

Conférence:

Le défi pour plusieurs (sinon la majorité) des photographes, est de choisir la bonne photographie à soumettre.  Que ce soit pour un concours, un client ou le chef de pupitre… le défi reste le même. À l’aide de séries de photographies prises lors de reportages, il vous conduira à travers la recherche du thème, la sélection d’une photo qui parle d’elle même et de nombreux trucs pour vous aider à mieux évaluer vos propres photographies. Découvrez comment choisir les meilleures photographies, les pièges à éviter ainsi que quelques trucs utiles afin d’augmenter vos chances de « Gagner » en comparant des dizaines de photographies similaires et/ou complètement différentes.

Biographie:

Je suis un artiste : la musique, le dessin et la peinture ont toujours fait partie de ma vie. J’ai reçu mon premier appareil photo à l’âge de 9 ans, et ce mode d’expression m’a fasciné dès le premier jour. Au fil du temps, la photo est devenue mon moyen préféré de communiquer ma vision du monde qui nous entoure : j’avais finalement trouvé le médium qui me permettrait de m’exprimer. Après de nombreuses années à travailler en publicité et marketing, l’autodidacte passionné que je suis a entrepris d’explorer les nombreuses options qu’offrait dorénavant la photographie numérique.

En tant que photographe de presse, je poursuis une seule et unique quête : présenter une image forte et artistique qui raconte l’histoire et qui nourrit ma passion pour le beau. Même la plus banale des affectations, que certains pourraient trouver ennuyante, constitue pour moi une source de motivation, car je m’efforce toujours de faire de la photo un complément esthétique parfait à l’article (ou vice versa).

J’ai passé une grande partie de ma jeunesse à regarder mon père trier ses diapositives pour ne conserver qu’uniquement les meilleurs clichés; c’est probablement la raison pour laquelle je suis toujours à la recherche de LA photo qui exprimera le mieux l’événement, celle qui se démarque parmi les quelques centaines que j’ai prises lors de l’affectation. C’est d’ailleurs ce même besoin viscéral qui me pousse à épurer et à simplifier mes images par la composition, les couleurs, le choix du cadrage ou même de l’objectif.

Le plus beau compliment que je puisse recevoir est que mes photos semblent être des mises en scène théâtrales, ou qu’elles semblent provenir d’une bande-annonce de film alors qu’elles ont tout simplement été croquées sur le vif.

Laurence Garneau : « Images et mots: comment titrer son œuvre ? » – 2 mars 2020

Conférence:

Cette conférence démontrera comment les titres possèdent une influence importante sur la réception des œuvres d’art et proposera quelques pistes de solutions pour trouver les bons mots accompagnant une image. À travers une brève histoire du titre ainsi que l’analyse de quelques photographies, il sera possible d’engager une réflexion sur les différents types de titres et de saisir leurs effets. L’objectif sera de parvenir à appliquer ces notions sur sa propre production photographique et ainsi, mettre en valeur ses images grâce au texte.

Biographie:

Laurence Garneau est doctorante en histoire de l’art à l’Université du Québec à Montréal et ses recherches portent sur les fresques astrologiques et politiques des XIVe et XVe siècles, en Italie. En plus de ses implications dans la communauté universitaire en tant qu’auxiliaire de recherche et coordonnatrice des Conférences Hypothèses au Musée des beaux-arts de Montréal, elle travaille sur différents projets éducatifs à titre de chargée de projet du volet artistique de la Fondation Laurent Duvernay-Tardif et de médiatrice culturelle au Musée d’art contemporain de Montréal.

Benoit Larochelle: « Peindre avec la lumière » – 27 janvier 2020

Benoit a commencé à faire de la photographie vers 1975. Évidemment, à cette époque, les photographes sniffaient du révélateur et du bain d’arrêt et priaient pour ne pas avoir des bulles d’air sur leurs négatifs. Bon, si vous ne comprenez rien à cette allusion, vous êtes de la génération Instagram, mais pour les plus vieux, ça leur rappelle de bons souvenirs…. ou de moins bons.

Donc, pour revenir à Benoit, il a démarré en 1978 le premier club photo de Terrebonne qui faisait partie de la Fédé, la Fédération Québécoise du Loisir Photographique, sans doute remplacée plus tard par l’actuelle SPPQ. 

Quelques années plus tard, une écœurantite aiguë de chambre noire lui fait laisser la photo pour l’informatique ou il fera carrière.

En 1995, avec les avancées technologiques et les progrès des logiciels comme Photoshop et éventuellement Lightroom, il voit là une opportunité de revenir à la photo et se procure son premier appareil numérique.

Depuis ce jour, sa passion n’a fait que grandir et il ne cesse d’explorer de nouvelles techniques afin de lui permettre de mettre en photo sa vision du monde.

Alain Dubeau: « Le dessin en photographie » – 27 janvier 2020

Originaire de Saint-Joachim, village près de Québec, il s’intéresse à la photographie dès son jeune âge. C’est dans la photographie humaniste, de la nature et la créativité qu’on le retrouve.

C’est dans les années 1970 qu’il s’initie sérieusement à cet art. Il joint le Club Photo Amateur de Chicoutimi et suit un cours en photographieà l’Université du Québec durant ses études au baccalauréat en ingénierie. Il a continué son apprentissage par des formations au Collège Marsan de Montréal en prise de vue, en traitement numérique et en créativité. Il a également à son actif des ateliers de perfectionnement photographique au Québec et en Colombie Britannique ainsi qu’une formation de juge avec l’Association canadienne d’art photographique.

Il a collaboré de 2005 jusqu’à 2016 avec l’Association forestière de l’Estrie en leur fournissant les photos pour la page couverture de la revue Progrès Forestier. Des artistes ont également utilisé de ses photos pour créer des patrons de peinture.  Il a collaboré pendant cinq ans avec l’Université de Sherbrooke dans le cadre de l’Université du Troisième Age en donnant des cours d’initiation à la photographie et du post-traitement.  

Il est un membre actif du Club photo Évasion depuis 2004.  Ses photographies furent exposées lors de nombreux événements ou concours. Il a obtenu un premier prix canadien en 1974 lors de l’exposition de photographie des forces canadiennes et un prix en 2005 de la Société de Promotion de la Photographie du Québec. Une de ses photos fut choisis pour le calendrier 2016 de la Fondation TD des amis de l’environnement.  Il est membre de l’Association canadienne d’art photographique. Il est depuis 2018 le Directeur de la Zone du Québec. En 2019, pour les services rendus et pour ses accomplissements, l’association lui décerne le titre de Compagnon (fellowship) (FCAPA).

Depuis 2010, il développe une technique qui va au-delà de la photographie traditionnelle.  Le résultat est des photos épurées, d’un style figuratif qui s’apparente à la bichromie. Après deux ans de développement, la technique est à point et résulte en une invitation d’exposer à Eastman pour une période de trois mois dix photos du vieux Québec. Les photos furent exposées au Roy Thomson Hall de Toronto lors d’un événement au mois de juin 2013 et au Collège Marsan en 2014. En 2016 et 2017, il a exposé dans les magasins de Gosselin Photo de Québec, Brossard et Laval une série de photos panoramiques ‘’Québec et son Château’’ utilisant sa technique de bichromie. 

En 2017 il fut invité par la ville de Saint-Bruno de Montarville d’exposer au Centre d’Exposition du Vieux Presbytère ses photos de la série de Québec et son Château et ses photos en bichromie.  En 2018, il exposa chez Gosselin Photo à Trois-Rivières..  Il expose depuis l’automne une série de photos artistiques à Penticton Colombie Britannique.  Il exposa une série d’images au Village d’Antan à Drummondville et par la suite quelques images furent exposées au Musée National de la Photographie à Drummondville. En 2019, il expose à Eastman une série d’images du vieux Québec

Yves Marcoux: « La photo de nuit » – 20 janvier 2020

Conférence:

Cette conférence sur la photo de nuit porte sur les différents types de lumières artificielles et le contrôle photographique de la photo de nuit avec ses limites. En présentant des photos de nuit, j’explique comment reconnaître les différentes sources de lumières, leurs caractéristiques, leurs effets visuels, leurs problématiques ainsi que l’équipement recommandé.

 Biographie:

Yves Marcoux a enseigné pendant 22 ans au département de photographie du Cégep du Vieux Montréal. Yves a une longue expérience en photographie de nature et de voyage. Il a publié quatre livres aux Éditions de l’Homme  « Québec, terre de contrastes », « Fabuleuse Gaspésie », « Montréal- Les lumières de ma ville », et son plus récent, « Un Québec, quatre éléments ».

Son site web http://yvesmarcoux.com

France Leduc et Francine Raymond exposent chacune une photo extérieure.

Photo de France Leduc

Photo de Francine Raymond

Depuis la fin du mois de septembre, les promeneurs peuvent admirer une exposition extérieure inédite présentée dans deux parcs de la Ville de St-Basile. Effectivement, les parcs de Montpellier et de la Seigneurie accueillent maintenant cinq structures permettant de présenter dix œuvres à chaque endroit.
La première exposition proposée est constituée de photos ayant été soumises au concours de photo Le Grand Zoom des six dernières années jumelées à des poèmes tirés des recueils des dix-sept éditions de la Soirée harpe et poésie, évènement qui a lieu chaque année.

On retrouve dans chacun de ces parcs des photos de deux de nos membres, France Leduc et Francine Raymond.

Félicitations à vous deux !