Coup d’oeil sur … Fanny Grimard

Note: Si vous êtes présentement en affichage de plusieurs rubriques sur le même écran et que vous aimeriez voir cet article en plus grand format, il suffit de cliquer sur le titre en tête d’article
 

 


Le 19 septembre 2017, notre caméra et notre micro virtuels
vous faisaient découvrir…
Fanny Grimard

Fanny avait alors choisi de nous présenter sa photo La nature en beauté.

Depuis quand fais-tu de la photo?

Depuis toujours je dirais 😊 En réalité, j’ai commencé en 1998 avec un Nikon FE10, un petit bijou de l’argentique, dans le cadre de mes cours de cinéma. Par la suite, avec le travail, j’ai un peu laissé tomber la photo, mais en 2008 j’ai retrouvé ma fidèle Nikon et ma passion n’a cessé de grandir depuis. En 2009 je me suis procuré une Nikon D300s, ce qui m’a progressivement entraîné dans un nouveau chemin. En 2014, après la naissance de mes deux enfants, j’ai démissionné de mon job et j’ai suivi un cours de photographie commerciale au collège Marsan. Mon cours complété en mai 2016, je me suis ensuite lancée à mon compte avec ma propre boîte (Pellimage), qui me permet d’offrir des services de photographie et d’infographie.

Quand as-tu rejoint le Club photo Évasion?

Depuis septembre 2017. Avant j’étais dans un autre club (APSL) avec qui j’ai eu de très belles années depuis 2012.

Qu’est-ce qui t’a incité à rejoindre le Club?

En tant que photographe travailleuse autonome, j’ai besoin d’échanger avec d’autre passionnés de la photo. Mon ordi, malheureusement, ne me parle pas beaucoup : il ne me dit pas ce que je pourrais améliorer. C’est donc important pour moi d’être membre d’un club et ça me permet de faire partie d’une famille. Pourquoi le club Évasion au lieu d’un autre? Simplement j’aimais l’approche de votre club, l’idée du parrain-marraine, la dynamique du site web, la recherche de la nouveauté et surtout j’ai vu par vos images que vous êtes un club très fort en photo et ceci m’a attiré :  ça me permettra de travailler plus fort pour présenter mes photos.

Qu’est-ce que tu aimes particulièrement photographier? Pourquoi?

Honnêtement j’aime photographier un peu de tout : portrait, produit, événement, … Mais mon plus grand plaisir c’est la photo de paysage. J’aime jouer avec le temps d’exposition à la prise de vue et en postproduction. J’aime particulièrement arrêter toute présence de mouvement. J’aime que tout semble figé. On peut y voir là une métaphore de l’absence de bruits auxquels je suis confrontée, un retour à mes sources de « malentendance ». Les paysages que je capte deviennent donc, eux aussi, assis entre deux mondes : réel et l’irréel. Je cherche à forcer le spectateur à prendre le temps d’observer ce moment précis que j’ai capté. Ce moment bref, qu’on ne retrouvera jamais autrement car il fut si éphémère

En photographie, quel défi te donnes-tu au cours de la prochaine année?

J’ai beaucoup travaillé pour bâtir ma compagnie depuis deux ans, mais cette année j’aimerais vraiment travailler mes photos pour en faire une exposition. Je travaille beaucoup là-dessus en ce moment.

Dans quelles circonstances fut prise la photo que tu as choisie pour cette entrevue? (Moment, endroit, événement particulier?)

C’est le soir du 19 juin 2017. Toute la journée, j’avais travaillé sur mon ordi, enfermée dans mon bureau, pour faire la retouche avancée d’un client photographe. Dehors, il faisait extrêmement beau. Le soir venu, la frénésie ne m’a pas lâchée : cours de natation et match de soccer avec mes enfants. Au retour, j’ai deviné que le coucher de soleil serait magnifique. Course pour sortir appareil de photo et trépied. Recherche du bon « spot » dans ma cour et puis… CLIC : j’ai capturé ce moment-là, si bref mais tellement précieux : cinq petites minutes juste pour moi!

Pourquoi aimes-tu cette photo?

Cette photo me rappelle qu’en dépit de la course, pour le travail, pour la vie de famille… il suffit de prendre 5 minutes pour soi pour mieux respirer. 5 minutes ne m’empêcheront pas de faire mon travail ou ne feront pas de moi une mauvaise mère. Ces 5 minutes-là m’appartenaient, me ramenaient aux sources. La lumière autant sur le ciel que sur le gazon, le contraste dans les nuages et les couleurs étaient magiques.

Michel Bury: « Développez votre créativité en photo nature »

Photographe de nature, Michel Bury cherche à transmettre son émerveillement constant face aux beautés de la nature sous toutes ses formes.  Ses intérêts portent autant sur la photo animalière, la macrophotographie que la photo de paysages.  Il a remporté plusieurs prix canadiens et internationaux et ses photographies ont notamment été publiées dans Nature’s Best Photography, Nature sauvage, Canadian Geographic, Outlook Photography Canada et Nat’Images ainsi que dans des guides de voyage. Il présente régulièrement ses œuvres lors d’expositions.

Il nous a présenté une conférence traitant de la  personne derrière le viseur.  Tout est dans l’œil du photographe.  Mais comment développer cet œil et trouver sa propre couleur?  Avec des exercices et de nombreuses photos, il nous a donné des pistes pour nous aider à trouver cette créativité car « la découvrir donne tout son sens à l’art photographique ».

Vous pouvez visiter  le site WEB de Michel Bury et vous pouvez le suivre sur sa page Facebook (Michel Bury – Photographie de nature).

S’ILLUSTRER EN DONNANT DE SON TEMPS

Le 10 juillet dernier,  Le Centre d’action bénévole de Saint-Bruno  « Les p’tits bonheurs » contactait le Club. Le Centre était à la recherche de bénévoles  pour prendre des photos lors de leur activité de reconnaissance de leur équipe de bénévoles.

Cette activité s’est tenue le mercredi 20 septembre et fut l’occasion de célébrer 30 ans de bénévolat.

Jean-Mari Turcotte et Richard Basque ont répondu avec empressement à cette demande et n’ont pas lésiné pour mettre leurs talents et leurs équipements au service des participants à cette fête.

Bravo pour ce geste de partage et  merci pour avoir contribué à faire connaître et reconnaître le Club photo Évasion dans la communauté montarvilloise.

Michel Proulx: « Les fondements techniques et visuels de la photographie » – 18 septembre 2017

Michel Proulx cumule 44 années d’expérience comme photographe, professeur et animateur de groupe. Il est aussi connu pour les populaires safaris photo qu’il organise depuis 26 ans aux Îles de la Madeleine et les nombreuses formations qu’il offre partout au Québec. Il visite par ailleurs des dizaines de clubs photo chaque année au Québec en plus d’enseigner au Collège Marsan à Montréal. Nous l’avons accueilli lors de notre soirée du 18 septembre 2017.

M. Proulx aime interagir avec son auditoire, ce qu’il n’a pas manqué de faire chez nous avec une bonne dose d’efficacité teintée d’humour.

(Photo prise par Daniel Guinan lors de notre soirée-rencontre)

Il adopte une approche très pragmatique dans son exposé en insistant sur l’objectif ultime de ses enseignements : nous donner des outils pour stimuler notre créativité.

Certes, il aborde des aspects plus techniques mais revient toujours à l’essentiel : le photographe comme communicateur d’émotions.

Les participants ont apprécié les bons conseils de M. Proulx. Ils seront maintenant sans doute nombreux, avec raison, à suivre sa page Facebook car il y publie des capsules très intéressantes sur la photo. Une bonne façon de prolonger les leçons apprises lors de la conférence.

Page Facebook de Michel Proulx

Coup d’oeil sur … Benoît Durocher

Note: Si vous êtes présentement en affichage de plusieurs rubriques sur le même écran et que vous aimeriez voir cet article en plus grand format, il suffit de cliquer sur le titre en tête d’article
 

 


Le 13 septembre 2017, notre caméra et notre micro virtuels
vous faisaient découvrir…
Benoît Durocher

Benoît avait alors choisi de nous présenter sa photo Fields of Gold .

Depuis quand fais-tu de la photo?

J’ai commencé en mars 2004. Je partais pour la Suisse et un ami m’a alors prêté son appareil numérique, « full automatic ». J’ai tout de suite eu la piqûre et, dès mon retour, je m’achetais mon premier appareil numérique et ce même si je ne connaissais strictement rien à la photo: l’ouverture, la vitesse, l’ISO, tout ça c’était du chinois pour moi mais j’adorais ça et je voulais apprendre.

Quand as-tu rejoint le Club photo Évasion?

En septembre  2004.

Qu’est-ce qui t’a incité à rejoindre le Club?

Un pur hasard: j’étais à photographier des bacs à fleurs sur le balcon arrière du Vieux-Presbytère (en 2004, les réunions du Club se tenaient au Vieux-Presbytère) quand soudainement des gens arrivèrent les uns après les autres pour assister à la réunion du Club. On m’a simplement invité à entrer pour assister à la réunion, c’est ainsi que j’ai découvert le Club et que je m’y suis inscrit.

Qu’est-ce que tu aimes particulièrement photographier? Pourquoi?

Tout ce qui a une belle lumière…et des ciels bleus. Pourquoi ? Je ne sais pas trop… ça m’attire tout simplement.

En photographie, quel défi te donnes-tu au cours de la prochaine année?

Quand le Club nous invite à soumettre des photos pour nos soirées thématiques ou pour participer à des concours, il est souvent tentant de retourner dans nos « réserves » pour trouver une photo qui va bien avec le(s) thème(s). Il peut pourtant être stimulant de faire une nouvelle photo sur le(s) thème(s) annoncé(s). Alors voilà mon défi: je me propose de ne pas piger dans ma banque de photos 🙂

Dans quelles circonstances fut prise la photo que tu as choisie pour cette entrevue? (Moment, endroit, événement particulier?)

Je revenais de travailler, je roulais sur la 30 en direction St-Bruno (j’étais à la hauteur des Promenades) quand j’ai vu ce champ aux couleurs or, baignant dans la lumière de fin de journée et ce ciel orageux. Mon cœur n’a fait qu’un tour: tout était là… Je me suis stationné en bordure de l’autoroute, j’ai empoigné ma caméra, suis sorti de l’auto, j’ai pris ma photo en vitesse et suis reparti heureux et le cœur léger.

Pourquoi aimes-tu cette photo?

Parce qu’elle possède tous les éléments que je recherche : une belle lumière, des couleurs vives et un ciel “orageux”.

Sortie Retrouvailles – 10 septembre 2017

Dès 9h30, oiseaux, écureuils, chevreuils et autres habitants du Parc du Mont St-Bruno ont accueilli chaleureusement les membres de notre Club, heureux de se retrouver pour souligner le début de la nouvelle saison. Les randonneurs-photographes du dimanche se sont lentement dirigés vers le salon de thé du lac du Moulin, non sans avoir capté quelques beaux clichés le long des sentiers. Attablés autour des cafés et des viennoiseries, les participants se sont raconté anecdotes, souvenirs de vacances, potins et trucs de photographes puis se sont donné rendez-vous pour le lendemain soir à notre première soirée de la saison.

Merci à Benoît Durocher pour la photo de groupe! Du coup, il n’est pas sur la photo…

 

Et voici quelques-unes des photos captées par les participants…