Coup d’œil sur … Alain Turcotte

Note: Si vous êtes présentement en affichage de plusieurs rubriques sur le même écran et que vous aimeriez voir cet article en plus grand format, il suffit de cliquer sur le titre en tête d’article
 

 


Le 6 avril 2018, notre caméra et notre micro virtuels
vous faisaient découvrir…
Alain Turcotte

Alain avait alors choisi de nous présenter sa photo L’entrepôt.

Depuis quand fais-tu de la photo?

Contrairement à plusieurs familles, la mienne, dans ma jeunesse, n’était pas très portée sur la prise de photos. Mais quand j’ai fondé ma propre famille, avec l’arrivée de mes premiers enfants, on peut dire que la photographie est entrée de plein fouet dans ma vie! On était au début des années 2000 et le numérique avait déjà révolutionné l’univers des photographes amateurs et professionnels. Après avoir pris de nombreuses photos souvenirs avec un petit Lumix compact, je me suis retrouvé avec un appareil reflex Canon que ma femme avait acheté pour elle, mais qu’elle n’utilisait pas. En même temps, j’ai découvert les merveilles qu’on peut faire avec un logiciel de post-traitement (ce fut Photoshop pour moi). Ingénieur de profession, j’aimais approfondir les innombrables possibilités qu’offrait cet outil polyvalent et puissant en même temps que je constatais les progrès qu’il me permettait de faire dans mon activité photographique. Ça m’a amené à m’équiper avec un équipement plus sophistiqué, toujours dans la famille Canon. Pour capter les prouesses de mon fils au baseball, j’ai posé un téléobjectif (70-300 mm) que j’adore sur mon boîtier. J’ai aussi entraîné au moins deux de mes enfants dans la passion de la photo.

Quand as-tu rejoint le Club photo Évasion?

En 2016, j’ai soumis ma demande pour devenir membre et je fus chanceux de voir celle-ci acceptée dans les semaines qui ont suivi.

Qu’est-ce qui t’a incité à rejoindre le Club?

Un ami qui habitait la région de Sherbrooke et qui était membre d’un club photo m’y encouragea vivement afin d’améliorer ma technique, d’échanger avec des passionnés et d’aiguiser ma créativité. Surtout, je souhaitais multiplier les occasions de mettre en pratique les techniques apprises lors de sorties photo et de discuter les résultats de celles-ci. J’étais très motivé et je fus très assidu aux rencontres et sorties du Club dans les premiers mois. Hélas, mes obligations familiales (on a 4 enfants…) et professionnelles (il me reste encore plusieurs années de travail avant la retraite…) ont multiplié les contraintes et j’avoue que mon assiduité au Club en a souffert. Heureusement, je me tiens à jour sur le Club à travers le site WEB, le bulletin et la page Facebook.

Qu’est-ce que tu aimes particulièrement photographier? Pourquoi?

J’aime faire de la photo urbaine et la photo d’architecture, sans oublier les photos souvenirs des moments importants de ma famille. Mon travail m’amène souvent sur des sites industriels et m’oblige à prendre des photos pour documenter mes analyses de situations. J’en profite souvent pour consacrer un peu de mon temps à la prise de photos plus personnelles. Je suis attiré par les effets souvent saisissants que je découvre lors de ces visites professionnelles. Ainsi, la poussière qui flotte dans l’air dans les usines est propice à la création d’effets spectaculaires quand des rayons de lumière la traversent.

En photographie, quel défi te donnes-tu au cours de la prochaine année?

J’ai plus de difficulté à intégrer des aspects plus émotifs dans mes photos. Ça serait un des défis pour moi. Mais surtout, il faut que je retrouve une certaine assiduité pour multiplier les occasions de pratiquer et de discuter des points positifs et des choses à améliorer dans mes photos.

Dans quelles circonstances fut prise la photo que tu as choisie pour cette entrevue? (Moment, endroit, événement particulier?)

Cette photo fut prise il y a environ deux ans lors d’une visite d’un entrepôt industriel dans une aciérie de la région de Contrecœur. Après y avoir effectué mon travail (je suis associé dans une société d’experts-conseils spécialisée dans la ventilation industrielle et la protection contre les incendies et les explosions), je fus séduit par les effets de la lumière qui traversait la poussière ambiante.

Pourquoi aimes-tu cette photo?

C’est mon milieu! Je trouve intéressants les contrastes qui ressortent dans cette photo en noir et blanc. Mais surtout, évidemment, le large rayon de lumière qui traverse la poussière. Certains pourraient y voir un message presque divin en provenance du ciel… Et notez que le rayon est découpé en son milieu par une poutre qui se trouve au centre de la large ouverture par laquelle entre la lumière ce qui donne l’impression qu’il y a non pas un seul mais deux rayons.