Coup d’œil sur … Sylvain Vachon

Note: Si vous êtes présentement en affichage de plusieurs rubriques sur le même écran et que vous aimeriez voir cet article en plus grand format, il suffit de cliquer sur le titre en tête d’article
 

 


Le 18 mars 2018, notre caméra et notre micro virtuels
vous faisaient découvrir…
Sylvain Vachon

Sylvain avait alors choisi de nous présenter sa photo Que tu as de grandes oreilles! – C’est pour mieux t’entendre.

Depuis quand fais-tu de la photo?

Lors de nos rencontres familiales, comme peu de personnes faisaient des photos, j’ai pris cette responsabilité, surtout pour m’assurer d’avoir des souvenirs de notre fille et de nos deux familles (celle de ma conjointe et la mienne). Quelques années plus tard, j’ai découvert le plaisir de faire des photos, beaucoup de photos, de notre jardin. Comme je m’intéressais aux insectes et à la beauté des fleurs, mon épouse m’a offert un bel appareil en cadeau en 2008, un Canon EOS DIGITAL REBEL XS.

Quand as-tu rejoint le Club photo Évasion?

J’ai joint en 2007 la Société d’horticulture de Saint-Bruno et j’y ai rencontré Rachel St-Pierre qui m’a parlé de l’existence du Club. Elle m’a dit : « Hey le jeune, tu devrais joindre notre Club photo ». J’ai fait ma demande en 2009, mais j’ai dû attendre une année, car c’était complet. J’ai donc rejoint le Club en 2010.

Qu’est-ce qui t’a incité à rejoindre le Club?

J’avoue que mes connaissances photo étaient nulles. Quand j’ai reçu mon nouvel appareil en cadeau, j’avais jeté un oeil sur le manuel d’instructions et ma première réaction fut : « Ho! ce n’est pas facile… Alors, par où devrais-je commencer : ISO ? Vitesse ? Profondeur de champ ? » … À cette époque, nous visitions beaucoup de jardins et je voulais vraiment faire de belles photos. C’était donc ma première motivation de joindre le Club pour y rencontrer des gens qui avaient des intérêts semblables aux miens.

De fait, j’y ai fait la connaissance de plusieurs passionnés qui m’ont grandement aidé à faire de belles compositions et qui m’ont encouragé sur plusieurs autres aspects. Merci à Alain Dubeau, Jean-François Hamel, Paul Lachapelle, Benoit Larochelle, Francine Raymond, Alain Bélanger, Michel Duret et beaucoup d’autres.

Qu’est-ce que tu aimes particulièrement photographier? Pourquoi?

J’adore faire des photos d’insectes et de fleurs. Quand j’ai fait l’achat de ma lentille macro, j’ai eu un coup de foudre. J’aime bien faire découvrir avec la lentille macro ce que nos yeux ne peuvent voir naturellement. Moi et ma femme sommes des passionnés d’horticulture. La photographie me permet de montrer toute cette beauté, plus particulièrement à mes proches.

En photographie, quel défi te donnes-tu au cours de la prochaine année?

 Être encore plus créatif, faire du jamais vu et améliorer mon post-traitement. J’aimerais mieux maîtriser Lightroom et surtout amorcer mon apprentissage de Photoshop.

Dans quelles circonstances fut prise la photo que tu as choisie pour cette entrevue? (Moment, endroit, événement particulier?)

Cette photo fut prise il y a déjà quelques années lors d’une fête de famille à Napierville. J’ai vu le chat qui jouait depuis un bon moment avec une souris; je me suis couché par terre et fait une trentaine de photos. Des enfants, eux aussi fascinés, sont venus voir ce qui se passait. C’était un moment inoubliable et j’étais très heureux d’avoir capté cette scène.

Pourquoi aimes-tu cette photo?

C’est ma première bonne photo prise en mode manuel, donc c’est une photo importante et spéciale pour moi. J’aime les yeux perçants de ce chat et l’interaction entre lui et la souris. C’est le genre de photos que je recherche. La souris semble lui confier un secret à l’oreille : « Hey l’ami! On le laisse prendre sa photo et je fous le camp. » Cette photo a été exposée lors d’un concours à la Place Longueuil et j’ai remporté le prix du public assorti d’une bourse de 200 dollars.