Coup d’oeil sur… Karl Saad

Note: Si vous êtes présentement en affichage de plusieurs rubriques sur le même écran et que vous aimeriez voir cet article en plus grand format, il suffit de cliquer sur le titre en tête d’article
 

 


Le 30 octobre 2017, notre caméra et notre micro virtuels
vous faisaient découvrir…
Karl Saad

Karl avait alors choisi de nous présenter sa photo Science et ingénierie.

Depuis quand fais-tu de la photo?

J’ai toujours eu un intérêt pour la photo. Mais c’est en 2007 avec l’achat de mon DSLR (appareil photo reflex numérique) que j’ai commencé à faire de la photo comme passe-temps.

Quand as-tu rejoint le Club photo Évasion?

J’ai joint le Club en 2010.

Qu’est-ce qui t’a incité à rejoindre le Club?

C’est Alain Dubeau qui m’a incité à joindre le club. Voulant m’améliorer en photographie, il m’a fortement suggéré de faire partie d’un club car, selon lui, c‘est l’une des meilleures façons d’apprendre. Alors j’ai suivi son conseil. Malheureusement, il y avait une longue liste d’attente pour joindre le club de St-Bruno, ville que j’habitais. Commis à vouloir m’améliorer, j’ai plutôt joint le club L’œil qui voit de Saint-Hubert en 2008. J’ai vite réalisé que le conseil d’Alain était excellent. En 2010, j’ai mis mon nom sur la liste d’attente du Club Photo Évasion car étant résidant de Saint-Bruno-de-Montarville, je voulais faire partie d’un club près de chez moi.

Qu’est-ce que tu aimes particulièrement photographier? Pourquoi?

Je suis attiré vers le paysager et l’architecture, car ça permet de m’évader. J’aime aussi la photographie d’aviation et de sport/rue, mais je n’en fais pas assez à mon goût. J’aime admirer le design des avions et le défi de capter des images saisissantes dans le feu de l’action me stimule. Finalement, j’adore la photographie « blanc et noir » en raison de son impact.

En photographie, quel défi te donnes-tu au cours de la prochaine année?

Je constate que je suis un « cueilleur » de photos. J’aimerais mettre un peu plus de planification dans ma photographie pour accroître mes chances de saisir des moments magiques, soit en astrophotographie et en paysager.

Dans quelles circonstances fut prise la photo que tu as choisie pour cette entrevue? (Moment, endroit, événement particulier?)

Cette photo fut prise à un moment très spécial pour moi. En tant que gestionnaire de projet de la contribution canadienne au télescope spatial James Webb, j’étais au centre de vol spatial Goddard de la NASA, dans l’état du Maryland, pour assister aux essais finaux sur l’instrument canadien dans le cadre de l’intégration de ce télescope. À la conclusion des essais, j’ai eu la chance de faire une dernière tournée des installations d’essais où l’on simulait l’environnement spatial dans lequel le télescope opérera. C’est à ce moment que j’ai pris cette photo. (Note: l’instrument canadien est dans la chambre à vide, à droite sur l’image, à une température de –233 degrés Celsius).

Pourquoi aimes-tu cette photo?

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles j’aime cette photo. Cette photo a une valeur sentimentale pour moi, car elle symbolise la culmination de l’effort titanesque de notre équipe pour réaliser ce projet, son succès indéniable et l’importance de notre contribution à ce grand projet international. Deuxièmement, du point de vue visuel, la photo capture bien l’ambiance (« mood ») que je voulais saisir.