Coup d’oeil sur… Alain Marchildon

Note: Si vous êtes présentement en affichage de plusieurs rubriques sur le même écran et que vous aimeriez voir cet article en plus grand format, il suffit de cliquer sur le titre en tête d’article
 

 


Le 16 octobre 2017, notre caméra et notre micro virtuels
vous faisaient découvrir…
Alain Marchildon

Alain avait alors choisi de nous présenter sa photo Sans titre.

Depuis quand fais-tu de la photo?

Mes plus vieilles photos remontent à 1968 environ. J’avais un Instamatic 104 de Kodak. Je n’ai aucune nostalgie de l’argentique et j’ai eu beaucoup de plaisir à découvrir les possibilités qu’offre le numérique avec une Olympus C-730 de 3 mégapixels. Mon boitier Nikon D70s étant atteint d’un cancer de l’obturateur, je chemine maintenant avec un Nikon D7000 équipé de deux lentilles Sigma : une 10-20 mm qui est ma favorite et une 24-70 f :2.8.

Quand as-tu rejoint le Club photo Évasion?

J’ai rejoint le club au début de la saison 2017-2018; c’est donc tout récent.

Qu’est-ce qui t’a incité à rejoindre le Club?

Il y a quelques années, lors d’une exposition du Club au vieux presbytère, j’ai réalisé que je pouvais prendre des photos qui pourraient sans doute se retrouver dans une telle exposition. Personnellement, je suis rarement satisfait de mes photos et j’y vois plein de défauts. Je pense que le Club va m’aider à améliorer ma technique.

Qu’est-ce que tu aimes particulièrement photographier? Pourquoi?

J’aime la photographie de fleurs sauvages et la nature en général. Je suis souvent attiré par un motif, une texture, un détail architectural. J’aime les jeux de reflets dans l’eau, les vitres, etc. parce qu’ils permettent plusieurs niveaux de lecture.

En photographie, quel défi te donnes-tu au cours de la prochaine année?

J’ai souvent tendance à aller un peu trop rapidement et oublier des détails de la composition, le focus au mauvais endroit, etc. Je voudrais apprendre à mieux maîtriser la technique et au final être satisfait d’un plus grand nombre de photos. Je me retrouve souvent face à ce dilemme : « Est-ce que j’ai seulement pris une photo ordinaire d’un bel endroit ou est-ce que j’ai pris une photo qui attire le regard, suscite la curiosité, qui intrigue par son point de vue ou qui raconte une histoire.

Dans quelles circonstances fut prise la photo que tu as choisie pour cette entrevue? (Moment, endroit, événement particulier?)

Cette photo a été prise au parc Presqu’île dans le Prince-Edward County en Ontario, sur le bord du lac du même nom, près de la ville de Brighton. C’était lors d’un voyage d’exploration-camping avec des amis à l’été 2014.

Pourquoi aimes-tu cette photo?

Je n’ai pas l’habitude de donner un titre aux photos que j’ai prises. Je trouve celle-ci intrigante. Je ne connais pas cette plante aquatique. On pourrait penser que les fleurs, qui ressemblent à des fleurs de rosier sauvage, auraient été déplacées (par le vent? par un passant?) et déposées sur l’eau. Un rayon de soleil, au-travers de l’eau, débouche le coin sombre et équilibre la composition.